0 http://geoarchi.net/ajax

Institut de

aménagement et urbanisme durables, environnement
+33 (0)298 016 124

Ouvert au public

Soutenances, conférences, débats,...

Prochaine session de soutenances
du 13 au 15 janvier 2021

Le rôle des “plans biodiversités” pour la protection des espèces protégés

1633  | Zineddine Abzar | Roxane Bleunven | Simon Le Galle |
Le rôle des “plans biodiversités” pour la protection des espèces protégés
Aujourd’hui, la protection de la biodiversité est un enjeu majeur qui est pris en compte de façon croissante à différentes échelles, qu’elles soient internationales, nationales ou locales. Ordinaire ou remarquable, la biodiversité devient petit à petit une des priorités des politiques et notamment dans les questions d’urbanismes et d’aménagement du territoire. En milieu urbain, la protection de la biodiversité est un enjeu à mettre d’autant plus en valeur au vue de la tension qu’engendre l’expansion humaine et urbaine sur les espèces. D’un point de vue local ces enjeux sont régis par un ensemble de textes contribuant à la prise de conscience de l’impact des actions humaines sur la biodiversité. Ces textes réglementaires décrivent un ensemble de normes et de principes censés agir durablement pour la préservation des écosystèmes. Dans ce mémoire nous allons donc nous pencher plus précisément sur ces textes locaux menant notamment à la mise en place des méthodes de préservation les plus communément appliquées qui sont la mise en place de trames (vertes, bleues, noires) ainsi que de réservoirs de biodiversité. Dans un premier temps, nous étudierons dans quelles mesures l’élaboration de ces textes réglementaires locaux ont mené à des actions concrètes sur le territoire, puis nous verrons les impacts de ces actions sur des exemples concrets d'espèces protégées. Pour cela, nous nous baserons sur des documents tels que le Plan Biodiversité élaboré par Brest Métropole en 2018, le PLU de Brest Métropole datant de 2021, ainsi que le SCoT du Pays de Brest ou encore le SRADDET de la région Bretagne, sans oublier de les comparer aux textes d’autres territoires.
Jury  | Mario Holvoet | Jérôme Sawtschuk |

Submersion marine et gestion du littoral dans le finistère

1631  | Baptiste Bargain | Pauline Gadbois | Tanguy Rossolin |
Submersion marine et gestion du littoral dans le finistère
Le sujet que nous avons choisi est la submersion marine car la montée des eaux est un enjeu de tous les jours et surtout d'avenir. Pour articuler notre mémoire, nous avons pensé à un plan en trois parties. D'abord, nous allons étudier et expliquer ce qu'est le phénomène de la montée des eaux. Pour cela, il faut comprendre quel est le contexte de la submersion marine à l'étranger et en France donc dans d'autres lieux que le Finistère. Ensuite, pour la seconde partie, nous parlerons de la stratégie et de la gestion du littoral sur différents échelons c'est-à-dire l’État, les régions, les départements et les communes. Nous verrons quelle législation a été mise en place sur le territoire français par rapport à la montée des eaux. Nous avons choisi deux communes qui serviront d'exemples, de cas qui font face à la problématique de submersion marine sur le Finistère : L'Ile-Tudy et Guissény. Le but étant d'étudier les stratégies, les comparer entre elles et les critiquer. Nous comptons obtenir des renseignements sur la submersion marine et ces communes à travers de la bibliographie mais également des entretiens avec des acteurs de ces territoires. Nous nous déplacerons sur place afin de comprendre la situation de ces communes, la gestion de ces communes et par quels acteurs. Nous aimerions avoir différents avis sur ces stratégies de gestion du littoral en interrogeant des habitant. Il y a forcément des avis divergents et critiques par rapport à ce sujet dans les communes et cela est essentiel pour construire notre critique et savoir quelle réponse est mise en place pour ces habitants qui sont concernés et impactés par la politique de la commune.
Jury  | Frédéric Bioret | Mario Holvoet | Hélène Martin-Brelot |

La revitalisation des centres-bourgs ruraux dans le Finistère

1628  | Emma Bertaud | Astrid Garrec | Adrien Pommier |
La revitalisation des centres-bourgs ruraux dans le Finistère
Pour ce mémoire du second semestre, notre groupe est composé d’Emma Bertaud, Astrid Garrec et Adrien Pommier. Depuis une cinquantaine d’années, les centres-bourgs ruraux connaissent un fort déclin notamment par le phénomène d’exode rural, aujourd’hui des nouvelles questions émergent autour du développement durable ce qui nous amène à repenser les territoires et pas seulement autour de la ville. Ainsi, nous avons choisi de traiter le sujet sur les bourgs ruraux, et plus particulièrement la revitalisation de ces derniers. Au travers de ce mémoire, nous souhaiterions aborder le sujet du déclin des bourgs ruraux, en s'intéressant aux causes de cette désertification mais également aux moyens mis en œuvre pour les redynamiser, en effet aujourd’hui des dispositifs nationaux, régionaux et départementaux ont été mis en place afin de lutter contre la désertification des bourgs ruraux en luttant contre les logements vacants, les commerces qui ferment au fur et à mesure, la population vieillissante et une diminution des services publics. L’objectif est ainsi de donner envie aux individus, d’y passer, d’y rester et d’y habiter. Nous voudrions aborder ce mémoire en plusieurs parties. Pour l’instant, une première partie en expliquerait les causes de cette désuétude progressive, une autre les potentiels projets de revitalisation, et enfin une dernière qui fera un état des lieux/bilan de ces programmes. Pour cela, nous avons décidé de confronter deux communes, de démographie similaire, dans le but d’avoir un champ d'action plus large, et ne pas faire de généralités en étudiant une seule commune. Les communes que nous avons retenues sont Sizun et Plouvorn. BIBLIOGRAPHIE : Blancard, Stéphane, Cécile Détang-Dessendre, et Nicolas Renahy. Campagnes contemporaines. Enjeux économiques et sociaux des espaces ruraux français. Éditions Quæ, 2016. Disponible sur : https://www-cairn-info.scd-proxy.univ-brest.fr/campagnes-contemporaines--9782759225156.htm Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales. Disponible sur : https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/revitalisation-des-centres-bourgs Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales. Disponible sur :https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/sites/default/files/2019-11/du_centre-bourg_a_la_ville_reinvestir_les%20territoires_juin_2019.pdf Ministère de la transition écologique. Disponible sur : http://www.centres-bourgs.logement.gouv.fr/ Collectivités locales. Disponible sur : https://www.collectivites-locales.gouv.fr/cohesion-territoriale/les-zones-de-revitalisation-des-centres-villes-zrcv Banque des territoires. Disponible sur : https://www.banquedesterritoires.fr/sites/default/files/2021-06/Guide%20sur%20les%20fonci%C3%A8res%20-%20Edition%20MAJ%20Juillet%202021_V250621.pdf Collectivités locales. Disponible sur : https://www.collectivites-locales.gouv.fr/cohesion-territoriale/les-zones-de-revitalisation-des-centres-villes-zrcv https://www.ekopolis.fr/la-revitalisation-des-centres-bourgs-une-opportunite-pour-la-transition-energetique Ministère de la transition écologique. Disponible sur : https://www.ecologie.gouv.fr/territoires-energie-positive-croissance-verte Charmes, Éric. La revanche des villages. Seuil et la République des Idées, 2019. 105 p. Livre de poche. Caron, Patrick, et al. Des territoires vivants pour transformer le monde. Éditions Quæ, 2017. Disponible sur : https://www.cairn.info/des-territoires-vivants-pour-transformer-le-monde--9782759226542.htm
Jury  | Amandine Diener | Mario Holvoet | Jean-Jacques Morvan |

Les gardiens des côtes bretonnes : éléments phares des espaces maritimes

1632  | Ambre Boutes | Hugo Polverelli | Léa Vigneron |
Les gardiens des côtes bretonnes : éléments phares des espaces maritimes
“À l'abri derrière la forge, nous contemplons en silence les phares d'Iroise qui, dans une synchronisation quasi parfaite, sont venus opposer à la nuit naissante leur ballet de lumières colorées.” Perché seul au-dessus d’une profondeur céruléenne et loin du foyer de la terre ferme, le gardien ouessantin Louis Cozan élève sa voix au nom d’un héritage maritime. Celui des phares qui révèlent les histoires et les relations qu’entretiennent les hommes avec la mer. De par son édification et son implantation, le phare arbore une telle beauté qu’il en devient un symbole des côtes bretonnes. C’est à travers ces réflexions portées par un imaginaire collectif et réunies autour d’une identité ancrée que notre sujet de recherche tire ses origines. Étudiant dans le pays du phare, il nous paraît incontournable de saisir les forces qui ont pu construire et ériger ce monument des mers en un objet à forte valeur patrimoniale. Dans cette continuité, nous nous sommes demandés les fonctions ainsi que le rôle pluriel qu’un phare peut détenir. Afin de consolider nos premières interrogations, il nous est indispensable de rattacher l’objet d’étude à sa spatialité. En d’autres termes, il ne s’agit pas de considérer le phare en tant que tel mais de le (re)considérer dans son entièreté, lui et son territoire qu’il soit matériel ou immatériel. La perspective d’entrée nous amène à raisonner autour de la problématique suivante : en quoi l’aspect multifonctionnel du phare breton est-il témoin d’une volonté de valorisation patrimoniale ? Nos réflexions traiteront de trois modalités majeures : celle des représentations et des perceptions du phare à travers diverses ressources iconographiques et littéraires. Les recherches permettront ensuite de nous éclairer sur la manière dont le phare est devenu un levier touristique pour aboutir à une logique aménagiste transversale du sujet. Ces orientations d’étude s'accompagnent d’autres points secondaires essentiels à aborder tels que la dualité diurne/nocturne ou bien encore la technique renfermée dans le mécanisme signalétique. Nos ressources sont variées. En effet, l’aspect multifonctionnel des phares nous oblige à tenir compte des outils historiques mais aussi des explications logistiques auxquelles il faut ajouter des observations et des témoignages de personnes directement impliquées. Ainsi, nous nous appuierons sur des documents tels que des cartes et des statistiques. Le corpus sera alimenté par un important travail d’investigation de terrain. Il s’agit non seulement de comprendre quelle est la place donnée aux phares dans les offices de tourisme ou dans les musées par exemple, mais aussi directement sur le territoire d’implantation. L’ensemble des données récoltées seront soutenues par des entretiens. Les ressources audio-visuelles nous seront particulièrement utiles pour des phares demeurant dans les lieux inaccessibles. Effectivement, nous avons déjà identifié des ouvrages traitant du phare sous des aspects variés (FICHOU J-C., “Phares en mer, La construction, les gardiens, l'automatisation”, Editions Ouest-France, Janvier 2017, 127p./ Conseil départemental du Finistère., “Phare de Kéréon, 1916-2016, un siècle dans le courant”, Editions Snoeck, octobre 2016, 112p. / Des rapports du Ministère de la Mer et de la Culture…). Il peut s’agir de prospectus touristiques, d’imprimés techniques ou de biographies, l’objectif étant de toujours couvrir toutes les fonctionnalités du phare et de son territoire dans un paysage donné. Mots clés : Bretagne, phare, espace maritime, belvédère, paysage, géographie, repère, patrimoine, réhabilitation, logement, fonction, sentiers
Jury  | Amandine Diener | Jean-Jacques Morvan | Lionel Prigent |

Le concept de "démobilité" appliqué à la métropole brestoise

1636  | Julien Carré | Baptiste Gautier | Loïc Mathonnet |
Le concept de "démobilité" appliqué à la métropole brestoise
Les enjeux liés à la mobilité dans les métropoles françaises peuvent paraître secondaires à premier abord mais sont en réalité aussi importants que ceux liés au logement, à l’offre de travail et à la qualité de vie en ville. Cette notion de mobilité doit sa complexité à son caractère plurisectoriel et à la diversité des enjeux qu'elle soulève qu'ils soient fonctionnels, énergétiques, économiques, théoriques, temporels ou sensibles. Les distances parcourues quotidiennement augmentent continuellement et l'injonction à la mobilité est forte, modifiant ainsi les formes urbaines et aboutissant à une spécialisation des espaces. Sans pour autant augmenter considérablement le temps passé dans les transports, la pénibilité de certains trajets est perçue par les usagers comme un problème particulièrement prenant dans les métropoles. De plus, le coût énergétique, économique et environnemental de la croissance de la mobilité freine le développement quantitatif de l’offre de transport et appelle davantage à la rationalisation et à l’optimisation qualitative des déplacements. Selon Julien DAMON et son concept de “démobilité”, pour réaliser moins de kilomètres et augmenter l’offre de mobilité douce, il faut organiser la ville et le travail autrement. La “démobilité” propose une étude du niveau de plaisir et de contrainte associé à la mobilité notamment pour les déplacements domicile-travail. Ainsi, la commodité, l’attachement et la convivialité sont souvent opposés au stress, à la saturation et à l’insécurité. Un paradoxe surgit alors : la ville est appréciée pour les formes de mobilité qu’elle permet mais elle est également détestée pour les déplacements vécus comme subies et contraints. Ces enquêtes sur la mobilité sont également le moyen de dissocier la valeur du temps vécu et du temps souhaité. La “démobilité” représente un objectif politique et urbanistique menant à déspécialiser l’espace urbain en promouvant une mixité des fonctions. Elle est un moyen de lutter contre l’uniformisation, la spécialisation, la monofonctionnalité urbaine et la place grandissante attribuée à l’automobile. Nous souhaitons tester et usiner ce concept de “démobilité” à l’échelle des quartiers de la métropole brestoise afin de faire l’état de ce qui existe et de ce qui serait à améliorer en matière de mobilité.
Jury  | Martin Claux | Florie Colin | Amandine Diener |

Le patrimoine agricôle: Etude du bocage dans le Finistère / en Cornouaille

1634  | Hemza Chettibi | Ronan Le Pivain | Alice Lepeltier |
Le patrimoine agricôle: Etude du bocage dans le Finistère / en Cornouaille
Le sujet que notre équipe a décidé de traiter est: Le patrimoine agricole entre modernité et tradition, le bocage peut-il faire exception? D’où vient le bocage, quel est son histoire? Quels sont les enjeux économiques, écologiques et agricoles? Quels sont les différents types et quel est leur apport écologique? Comment celui-ci est menacé et comment peut-on le préserver ? Toutes ces questions seront traitées en comparant le bocage breton et le bocage anglais. Nous avons donc décidé d’étudier sur quelques communes en Bretagne et Cornouaille que nous visiterons. Après avoir pris contact de Yann Gouez, ancien de l’institut et intervenant, celui-ci nous a donné une large bibliographie (ci-dessous) et conseillé de mettre en lien les deux bocages que nous allons étudier. De plus le Chargé de mission bocage et biodiversité au Syndicat des Eaux du Bas Léon, nous a mis en relation avec différents acteurs de la préservation du bocage en Bretagne. C’est pourquoi nous comptons le prendre comme membre de notre Jury. Bibliographie: De la haie aux bocages. Organisation, dynamique et gestion - Jacques Baudry, Agnès Jouin - Google Livres https://www.cornwall.gov.uk/environment/trees-hedges-and-woodlands/the-cornwall-parish-tree-warden-scheme/ Field hedge management - Cornwall Council Farmers plant thousands of trees (nfuonline.com) Sous le bocage, le parcellaire... (openedition.org) Hedges and the law - Cornwall Council Fond pour l’arbre, Rapport d’activités 2020-2021, p 1-14;
Jury  | Frédéric Bioret | Mario Holvoet |

Milieu urbain et gentrification, la relégation des classes populations

1635  | Antoine Cormier | Nolwenn Desgranges | Julien Landeau |
Milieu urbain et gentrification, la relégation des classes populations
Nos cités urbaines vivent, aujourd’hui, de grandes mutations spatiales. A l’heure du NPNRU et de l’effervescence de grands projets urbains, structurants nos territoires, nous devons questionner quels sont et seront leurs effets sur les individus peuplant ces espaces. En effet, la démolition de grands ensembles sociaux, au profit de la diversification du logement, semble entrer dans une volonté d’accueillir les classes moyennes et ainsi créer de la « mixité sociale ». D’autre part, à des fins de développement territorial, les villes se dotent d’équipements répondant à ces enjeux. Ainsi, le quartier de Recouvrance, à Brest, semble vivre cette situation. Faisant partie du NPNRU (Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain), le quartier de la rive droite se dote aussi de l’Atelier des Capucins, vaste opération urbaine regroupant une programmation culturelle et d’activités économiques ambitieuses. Mais finalement, nous pouvons nous demander si la rénovation urbaine de quartiers populaires répond réellement aux besoins et conditions matérielles d'existence des populations en place. Alors, est-ce que cette pratique de l’urbanisme n'entraînera pas leur mise à l’écart ? A travers ce mémoire, nous tenterons d’analyser les mécanismes de la gentrification du quartier de Recouvrance, et les effets sociaux et économiques que peuvent procéder ces opérations. Ainsi, pour accompagner notre propos, nous rencontrerons les habitants, les associations, les professionnels ainsi que les élus de la ville de Brest. En complément, nous nous appuierons sur des ouvrages et articles sociologiques, économiques de l’analyse de la rénovation urbaine et de la gentrification.
Jury  | Thomas Lamenca | Hélène Martin-Brelot | Lionel Prigent |

La place des espaces verts dans les zones urbaines : le cas de Brest Métropole

1630  | ilona Dabin | Laureen Goletto | Abderrezak Mokhtari |
La place des espaces verts dans les zones urbaines : le cas de Brest Métropole
Notre sujet de mémoire traitera de la place des espaces verts au sein des zones urbaines. Afin de cerner notre sujet de la manière la plus complète possible, nous avons choisi de travailler à différentes échelles : la métropole, le quartier, et le parc. Brest sera notre cas d’étude bien que nous serons amenés à faire des parallèles avec d'autres lieux. Les espaces verts sont plus ou moins présents dans notre quotidien, certaines zones en sont pourvues, d’autres non, certains sont déserts tandis que d’autres sont constamment animés. C’est sur la base de ces constats que nous avons été amenés à nous demander de quelle manière les zones urbaines intègrent-elles les espaces verts au sein de leurs organisations ? Lors de notre développement, nous tenterons de comprendre comment le bâti et les espaces naturels s’articulent et cohabitent dans les villes et quartiers, en prenant différents exemples d'organisations. Nous nous interrogerons sur la difficulté d’entretenir et d’aménager ces lieux, dans des espaces toujours plus bâtis. En parallèle, nous nous intéresserons à leurs usages, et ce que ces derniers révèlent sur la situation d’un parc, d’un bois, d’un jardin, en comparant un espace vert qui répond à ses usages et un espace vert dysfonctionnel, avec un usage différent de ce qui lui était dédié. Ainsi, comprendre la place, l’usage et les impacts propres aux espaces verts et ce, à différentes échelles, dans différentes villes et quartiers, constitue le fil conducteur de notre travail de recherche. Cette étude sera réalisée à l'aide de multiples références bibliographies, ce qui nous permettra d’avoir une juxtaposition d'informations et par conséquent de bien comprendre notre thématique. BIBLIOGRAPHIE : Anne-Simone Burel, Johane Colloc, Jérôme De Crignis (2021) Nature en ville à Brest, Une ressource pour l'avenir ADEUPa Brest Bretagne 74p. Charles-François Mathis, Emilie-Anne Pépy (2017) La ville végétale - Une histoire de la nature en milieu urbain (France XVIIe-XXIe siècle) Champ Vallon 369p Corentin Charlot (2005) Le bois de Keroual : un espace vert à l'avenir prometteur UBO 124p Gaelle Aggéri (2010) Inventer les villes-natures de demain, Gestion différenciée, gestion durable des espaces verts, Dijon, Educagri 199p Jean Louis Yengué, Amélie Robert (2021) La nature en ville: quels services?Tome 1, L’espace vert, le citadin et le gestionnaire, Atlantique, 259p Lise Bourdeau-Lepage (2017) Nature en ville : désirs & controverses La librairie des territoires 160p Paris : La documentation française (1973) Protection et aménagement des espaces verts 233p Perrine Gourio (1998) Le plan vert de l'agglomération brestoise : enjeux, bilan, perspectives UBO.
Jury  | Hélène Martin-Brelot | Jean-Jacques Morvan | Jérôme Sawtschuk |

La fréquentation de sites littoraux : quels impacts environnementaux ?

1629  | Pierre Duchon | Pierre Martin | Ismaël Parsemain |
La fréquentation de sites littoraux : quels impacts environnementaux ?
Jury : Jérôme Sawtschuk, Mario HOLVOET, Serge SUANEZ ou Nicolas LE CORRE (en attente de sa confirmation) Pour notre mémoire, nous souhaitons traiter des questions de fréquentations et de type d’utilisation des espaces littoraux ayant pour répercussion des impacts environnementaux. Nous allons tourner notre étude sur plusieurs sites littoraux ayant des profils différents tels que : la plage de l’île vierge, le site de La Palue et le petit minou. En effet, différentes questions se sont posées à nous afin de savoir quels sont les impacts environnementaux selon les pratiques et l’utilisation des lieux littoraux. Nous nous intéresserons alors à la fréquentation de nos trois sites sélectionnées selon les pratiques sportives ayant un lien avec les littoraux (accès, pratiques sportives …), les événements culturels (festivals), ainsi que l’aspect touristique. La notion de fréquentation est ici importante du fait que celle-ci va engendrer une multiplicité d’impacts et la mobilisation de différents acteurs, ce qui pour nous permettra dans notre étude de comprendre les attentes et le mode de pratiques des usagers du littoral. En cela, nous montrerons que selon la fréquentation d’un lieu, un nombre important de questions sont soulevées afin de préserver et d’aménager le territoire afin de trouver le bon compromis. A travers notre étude, il s’agira alors de comprendre comment les lieux choisis sont pratiqués ? Comment aménager et préserver l’environnement ? Comment concilier fréquentation et patrimoine ? Par quels moyens est-il possible de mieux gérer la fréquentation sur le littoral ? Afin de répondre à ces diverses questions et de mener à bien notre étude, nous allons utiliser différentes méthodes d'enquêtes. En effet, nous irons effectuer un travail d’observation et d’analyse sur les terrains d’études exposés précédemment. Nous ferons également des entretiens avec les acteurs présents sur chaque site et élaborerons un questionnaire à l’intention des pratiquants d’activités nautiques ou terrestres afin d’avoir leur perception sur le sujet. De plus, nous effectuerons du benchmarking grâce notamment à de la documentation, cette technique permet de voir ce qui est réalisé sur d’autres territoires. Références bibliographiques : Atlas des enjeux paysagers du Finistère: Le paysage,une responsabilité collective. Direction départementale des territoires et de la mer du Finistère.janvier 2020: https://www.finistere.gouv.fr/content/download/44419/316259/file/AEP29_compil-img-link_vd%20-%20liens.pdf Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs 2020 - 2025 «Identité et transitions». région Bretagne: https://www.bretagne.bzh/app/uploads/20-DTP-01_Schema.pdf Conservatoire du littoral, délégation de rivages bretagne, stratégie d’intervention 2015-2050 bretagne: file:///C:/Users/ismae/AppData/Local/Temp/STRATEGIE-Bretagne-Crozon.pdf file:///C:/Users/ismae/AppData/Local/Temp/STRATEGIE-Bretagne-Brest-1.pdf Stratégie départementale mer et littoral 2017-2021, état des lieux, diagnostic, plan d’action, département du Finistère: https://www.finistere.fr/var/finistere/storage/original/application/a124f9c52da5898faea5afc7e08d655b.pdf Aménager et préserver le littoral, ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/amenager-et-preserver-le-littoral Agence bretonne de la biodiversité, [Guide] Pros du tourisme, de la culture et du sport, comment bien organiser un événement « zéro impact » dans les espaces naturels protégés ?, 2021. https://biodiversite.bzh/nouvelle/guide-protection-espaces-naturels-evenements-bretagne/ Céline Chadenas, « Un littoral sans nature ? », Norois [En ligne], 235 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/norois/5659 ; DOI : https://doi.org/10.4000/norois.5659
Jury  | Mario Holvoet | Jérôme Sawtschuk |